Une histoire qui se confond avec celle du sel de table… et celle de tous les consommateurs !

Depuis plus d’un siècle, les célèbres boîtes rondes Cérébos habitent les placards des cuisines françaises et font rêver les enfants. Pour fortifier un enfant à la santé fragile, un médecin lui prescrivit du phosphate de chaux. Mais l’enfant refusait obstinément d’avaler cette poudre fade. Cherchant un stratagème pour améliorer la saveur du médicament, le père eut l’idée d’y ajouter du sel fin.

Le succès fut immédiat auprès du petit patient.

Cet astucieux ingénieur chimiste venait d’inventer un procédé qui allait changer la vie des ménagères. Il constata que le phosphate de chaux restait absolument sec en toutes circonstances ! Plus besoin de le protéger de l’humidité pour l’empêcher de se solidifier.

Un hommage à la terre nourricière

A la veille de Noël 1892, il déposa le brevet de son invention, d’abord en France, puis dans plusieurs pays étrangers.

Mais pour passer à la commercialisation, il lui fallait créer sa marque : ainsi naquit Cérébos, comme Cérès, déesse romaine des moissons, symbolisant le blé riche en phosphates, et comme « bon pour les os » pour souligner les vertus fortifiantes du sel pur et phosphaté.
L’épi de blé fut choisi comme emblème.

La révolution de la boîte verseuse

Homme de marketing avant l’heure, notre ingénieur chimiste se mit à réfléchir à un emballage qui mettrait en valeur la fluidité du sel fin Cérébos et séduirait les cuisinières par son côté pratique : il inventa la boîte verseuse.

En 1902, pour la première fois, les ménagères françaises découvraient dans les épiceries cette boîte ronde surprenante qui leur facilite la vie encore aujourd’hui !

Le brevet Cérébos fut exploité peu à peu sur les cinq continents, et la marque acquit une renommée mondiale que les imitations ne réussirent pas à entamer.